ACHETER / REPRENDRE

DEFINISSONS ENSEMBLE
VOTRE PROJET

ACHETER
CONSULTER NOS ANNONCES

CEDER / VENDRE

ESTIMONS ENSEMBLE LA VALEUR DE VOTRE OFFICINE.

VENDRE

photo-produit
  Publié le 18.04.2017

 

Un peu essoufflée, mais toujours dans la course ! Telle est la situation de la petite entreprise en 2016, selon la Fédération des centres de gestion agréés (FCGA). Globalement, l’indice moyen d’activité reste dans le rouge malgré un léger mieux (- 0,6 % en 2016 contre - 1,7 % en 2015), affichant une baisse pour la cinquième année consécutive. Le décrochage tant redouté n’a pas eu lieu mais la période préélectorale créé conjoncturellement un attentisme des consommateurs qui se ressent sur l’activité depuis le second semestre 2016. Sur les douze secteurs professionnels étudiés par la FCGA, sept (dont la beauté, les cafés et restaurants, les services et métiers de la santé), enregistrent un chiffre d’affaires en hausse de moins de 1 %. Sauf pour les services (+ 1,5 %). Trois (culture-loisirs, commerce de détail alimentaire, artisanat du bâtiment) améliorent relativement leurs performances et deux (équipement de la maison, équipement de la personne) affichent un chiffre d’affaires en recul. La pharmacie se situe dans le ventre mou de ce palmarès, avec une croissance à zéro.

 

Les pharmaciens en tête de la rémunération

 

« Compte tenu d’un indice des prix sur le médicament de - 3 % en 2016, la pharmacie a stabilisé son chiffre d’affaires par l’accroissement des volumes », en déduit Yves Marmont, président de la FCGA. Selon lui, tant que ses fondamentaux ne seront pas modifiés (monopole, règles d’installation…) et qu’il n’y aura pas de déremboursements massifs, la pharmacie restera un secteur relativement bien protégé, soumis à de faibles soubresauts à la hausse comme à la baisse, à l’inverse des professions non réglementées. En termes de rémunération, les pharmaciens restent largement en tête du panel de professionnels de la FCGA (proche de 100 000 €). « Tout secteur confondu, le revenu moyen d’un dirigeant de TPE est de l’ordre de 32 à 33 k€. Sans les pharmaciens, il tombe entre 27 et 28 k€ », indique-t-il. Dans ses prévisions, la FCGA ne voit pas pointer la reprise de la croissance. La projection globale de l’activité pour 2017 est évaluée à - 0,5 % et à 0 % pour la pharmacie.